L’açaí, une composition nutritionnelle extraordinaire !

 

Continuons notre série d’articles sur les pouvoirs de l’açaí !
En plus de ses effets antioxydants, décrits dans notre dernier article, la baie d’açaí a une composition nutritionnelle étonnante.

 

Un taux de sucres très bas

 

Tout d’abord, c’est un fruit très peu sucré. Son taux de glucides simples est proche de zéro, quand la moyenne des fruits se situe vers 15 %. Seuls les glucides complexes (arabinose, mannose, galactose) s’y trouvent.
À titre de comparaison, la groseille en contient 6 g et la myrtille environ 8 g.

 

De bonnes graisses insaturées

 

En revanche, ce qui caractérise ce fruit exotique, c’est sa haute teneur en lipides (ou graisses). Avec 4,5 à 6,5 g/100 g, ce qui reste inférieur à l’avocat (12 %), il se distingue des fruits frais qui en sont quasiment dépourvus. L’avantage de ces graisses concerne leur qualité, avec une teneur élevée en acide oléique (Oméga 9) à 56,2%. Ces acides gras sont également ceux présents dans l’olive ou l’huile d’olive (d’où leur nom « oléique ») qui ont fait la réputation du célèbre régime méditerranéen !

Ces graisses insaturées contribuent à maintenir un taux de cholestérol total normal dans le sang.

 

Une teneur en fibres élevée

 

Autre point à souligner dans la composition de la baie d’açaí, elle apporte une teneur en fibres (2,4g/100g) bien supérieure à la moyenne des autres fruits qui est aux alentours de 1-2g/100g !
Ces fibres favorisent un bon transit intestinal et luttent efficacement contre la constipation. Elles créent une sensation de satiété et retardent ainsi la sensation de faim.
Elles sont également utiles pour réguler l’assimilation des nutriments et favorisent l’activité du microbiote pour le maintenir en pleine forme ! Car les bonnes bactéries se nourrissent des fibres.

À savoir que, selon l’étude INCA 3, la consommation quotidienne de fibres des Français – 20 g/jour chez l’adulte – est nettement en deçà des recommandations de l’ANSES : 30g par jour.

 

 

Néanmoins, l’açaí reste une baie très fragile et ses nutriments ne se conservent que quelques heures après la récolte.

C’est pourquoi, chez Nossa, nous privilégions les circuits courts et la cueillette des baies à pleine maturité, quand leur teneur en vitamines et minéraux est la plus élevée, afin d’assurer la conservation l’entière conservation des bienfaits. La pulpe d’açaí est immédiatement congelée puis acheminée en France par bateau, afin de préserver toutes les propriétés nutritionnelles et les qualités gustatives de ces fruits frais.

 

 

Partagez ce contenu :

L’açaí, super aliment car super antioxydant !

À la regarder de plus près, la baie d’açaí ressemble à une grosse myrtille. Or, à l’exception de sa couleur pourpre, caractéristique des aliments forts en antioxydants, l’açaí n’a rien à envier de sa congénère.

« En analysant sa composition nutritionnelle, tous nos repères basculent, tant ce fruit ne ressemble à aucun autre ! » (Solveig DARRIGO-DARTINET, Diététicienne-Nutritionniste Spécialisée en micro-nutrition)

Ce qui justifie la dénomination de « super aliment » pour la baie d’açaí, c’est son taux exceptionnel d’antioxydants.
Avec de fortes teneurs en polyphénols (3,29g/100g), en manganèse (5,5g/100g) et en vitamine E (4,5g/100g), la baie d’açaí affiche un potentiel antioxydant très élevé.

Son indice ORAC* de 11000 μmol TE/100g surplombe ceux des autres baies (baie de goji, grenade, myrtille…).
Cela s’explique notamment par le fait que 90 % du fruit est composé par son noyau. Concentrant ainsi les teneurs nutritionnelles dans une chair pulpeuse et fine.

 

 

À quoi servent les antioxydants ?

Les antioxydants présents dans les aliments s’apparentent à de l’antirouille pour nos cellules. En effet, ils permettent de lutter contre l’oxydation des tissus (d’où leur nom). Ce processus naturel et permanent produit des déchets appelés « radicaux libres ».

Pour s’en débarrasser, les antioxydants sont indispensables. Car tout excès de ces déchets, sous l’effet d’une mauvaise alimentation, des expositions solaires, du tabac, de la pollution, du stress… provoque des effets néfastes sur le vieillissement de nos organes évoluant vers des maladies dégénératives.

 

*L’ORAC ou « Oxygen Radical Absorbance Capacity » est un indice qui mesure la teneur d’un aliment en antioxydants et sa capacité à lutter contre les radicaux libres. Plus il est élevé et plus l’aliment est protecteur.
Les aliments ayant l’indice ORAC le plus intéressant sont les végétaux, les épices et les herbes aromatiques.

Partagez ce contenu :